Code à barres : une merveille cauchemardesque

Promesse tenue : il vous en fait voir de toutes les couleurs

Pour

  • si vos fournisseurs sont sérieux, vous n’avez rien à faire

Contre

  • éventuellement, des articles sont à ré-étiqueter
  • votre base de données doit être relativement à jour

Résumé

Utilisez les codes de vos fourniseurs quand ils existent.

Etiquetez si nécessaire ou prenez un càb “titre” avec les risques inhérents.

Présentation

Le code à barres (ou càb) va vous permettre d’identifier de manière unique (si vos fournisseurs jouent le jeu) une référence d’article précise.

Il intervient à tous les stades :

  • recherche par le client d’un article déjà acheté
  • achats de marchandises
  • réception d’une commande fournisseur
  • vérification de picking (prépartion de commande)
  • définition d’un nouveau gisement
  • déclaration d’une DLC sur un article
  • mise en rayon (ou remise dans le cas des retours) de produits
  • identification d’un produit retourné…

Une merveille si…

  • vos articles arrivent déjà étiquetés par votre fournisseur
  • vous identifiez de manière unique chaque référence
  • si votre base de données est à jour

…cauchemardesque

Chaque cas est vécu.

 

Votre fabricant pourra sans état d’âme :

  • imprimer des codes illisibles (C’est notre stagiaire, il ne savait pas comment ça marchait)
  • utiliser des formats différents de l’EAN13 (Codabar, Alpha39…)
  • imprimer des codes pas assez contrastés (rouge sur fond blanc)
  • prendre le même code pour toutes les pointures/coloris de ce fameux modèle de chaussures
  • c’est quoi un code à barre ? (il n’en édite donc pas)
  • Mon produit est un article de luxe et je ne vais pas mettre ça sur mon étiquette
  • mettre un code à barres qui ne correspond pas au produit (les plus vicieux mettent 2 voire 3 codes totalement différents sur le même produit)
  • proposer pour une durée limitée un produit avec un bonus (10% gratuits) : il change (ou pas) son code à barres
  • va imprimer le càb horizontalement sur un flacon rond (au lieu de le faire en vertical), empêchant ainsi le rayon du lecteur de le lire du fait de la rotondité du support
  • nouveau : les chiffres imprimés en clair du code à barres sont bons mais la lecture du code donne une valeur différente (ça doit être le même stagiaire que précédemment)

Votre fournisseur de matériel n’aura aucune honte à vous vendre un lecteur qui :

  • lit bien uniquement les codes qui lui plaisent
  • accepte des codes à barres non valides
  • transforme la valeur des càb lus

De toute façon vous aurez les utilisateurs qui :

  • lisent le code d’un article titre mais pas celui de l’article qu’ils mettent dans le panier
  • lisent le bon code mais ne mettent pas ce produit dans le panier
  • variante : lisent le bon code du bon article mais mettent l’article dans un autre panier
  • autre variante : lisent le bon code du bon article mais en mettent un autre dans le panier
  • lisent 10 fois le code d’un seul et même produit article pour les 10 articles identiques à picker

Pas (ou peu) de càb dans renseignés

Un prochain Cet article vous décrira décrit les méthodes Brutale, Subtile et Brutale mais subtile pour enrichir votre base de données si les codes n’y sont pas renseignés.

Le càb “titre”

Vous avez vendu régulièrement dont le code est absent ou illisible. Vous pouvez alors mettre en place un càb “titre” qui est par exemple situé en façade de rayonnage sur son lieu de stockage. Quand le produit doit être prélevé, le préparateur de commande lira ce code et mettra le produit dans le bac. C’est simple et rapide. Mais vous vous exposez à un grave problème :

Nous avons fait un reportage dans un supermarché de Saint Barois Les 3 Communes. Voici la retranscription du son pris sur le vif :

  • Germaine (caissière) : Marcel, j’ai pas l’code pour la Ferrari la Ferrari 812 superfast, c’est lequel ?
  • Marcel (responsable) : c’est l’même que celui de la Twingo Life

Là, nous prédisons que l’eCommerçant va au-devant d’une erreur de stock car le produit vendu n’est pas celui qui est sorti. Mr F, ancien ministre, va-t-il devoir repartir au volant d’une Twingo Life à la place de la Ferrari 3qu’il était venu réceptionner ? Mme P, retraitée de 79 ans, appréciera-t-elle la carrosserie rouge ?

Conseils

  • utilisez le code qui figure sur le produit à chaque fois que c’est possible et créez vos propres étiquettes quand c’est nécessaire (code illisible, non discriminant, absent) quand l’article le justifie (grandes quantités en stock et vente fréquente)
  • si la taille de votre entreprise le permet, refusez les fournisseurs dont les CàB sont illisibles ou inexistants (ou appliquez-leur des pénalités financières)
  • utilisez du personnel fiable pour étiqueter les produits qui doivent l’être (si ce maillon n’est pas maîtrisé, c’est toute la chaîne qui casse)
  • attention aux codes exotiques comme l’UPC qui n’a que 12 chiffres au lieu de 13 pour un EAN
  • vérifiez le paramétrage de vos lecteurs (omission du 1er chiffre du càb, pas de vérification du dernier caractère (CheckDigit) qui permet de s’assurer, dans une certaine mesure, de la bonne lecture du code)
  • si votre logiciel le permet, vous pouvez enregistrer plusieurs codes pour une même référence (variante avec 20% offert par exemple)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*