Enrichir ma base de données avec les codes à barres

Le code à barres : une pièce essentielle du puzzle

Convaincu par la lecture de l’article Code à barres : une merveille cauchemardesque, vous constatez que des centaines (milliers) d’articles ont été jusqu’alors créés sans enregistrer leur code.

Désormais, vous avez appris de vos erreurs, et saisirez systématiquement cette information à la création de tout nouvel article.

Si vous n’avez pas encore le produit physique en main et que son fabricant ne vous le donne pas, faites-le dès que vous l’aurez.

Pour le reste, je vous propose 3 méthodes :

Brutale mais rapide

C’est la seule qui vienne naturellement à l’esprit : vous vous munissez de matériel portable et allez lire chacun des articles présents dans votre entrepôt, dans toutes leurs variantes (par exemple pointure et coloris).

C’est un travail titanesque et intellectuellement assez peu intéressant, les personnes qui la réalisent ne sont pas disponibles pour autre chose.. Partagez-vous la tâche et bon courage !

Subtile mais moins rapide

N’ayant pas de vérification automatique des commandes, vous devez avoir une vérification manuelle des commandes préparées (sinon, gare aux réclamations de Clients et aux erreurs de stock !).

Donc, à un moment donné, vous avez devant tous les articles de la commande et cette dernière est affichée à l’écran. Utilisez simplement une douchette pour enregistrer dans la fiche article les codes manquants. C’est rapide et indolore.

Ainsi, au gré des articles commandés par vos Clients, vous allez naturellement et sans effort enrichir votre base de données avec des micro-saisies de ces précieux codes jusqu’à n’avoir plus à traiter manuellement que ceux qui sont mal édités ou omis par un fournisseur peu sérieux (ou de son stagiaire).

Petit plus : vous connaîtrez les articles qui ne “tournent” pas car ils n’ont pas de code à barres.

Brutale mais Subtile

Vous pouvez mélanger les 2 méthodes précédentes : faites une opération brutale de lecture des articles qui tournent le plus et complétez par une phase subtile pour enregistrer les récalcitrants.

De la même façon, si vous n’avez pas enregistré les codes à barres d’un nouvel article, ne bloquez pas la vente ! Publiez-le et utilisez le contrôle manuel avec micro-enrichissement quand un de ces articles arrive au picking.

Alors ?

Contre tous les avis qui m’ont été donnés, je n’ai pas du tout utilisé la méthode Brutale, uniquement la Subtile. Et cette dernière m’a donné toute satisfaction. Je pense qu’elle était la seule utilisable quand on a un certain nombre de produits, une petite équipe et que l’exploitation journalière vous laisse peu de temps.

J’accepte que des nouveautés nécessitent un contrôle manuel avec micro-enrichissement de la base de données. Mais je grogne (je mélenchonise) : sans code à barres articles, la définition du gisement (lieu où est stocké le produit) est plus difficile, longue, hasardeuse et coûteuse. Mais cela fera l’objet d’un autre article…

Et vous, quelles sont vos méthodes ?

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*